NAS simple et de faible puissance

Nous supposerons que vous avez installé Raspbian et que vous êtes entièrement à jour.

  • Donc la première chose à faire est de brancher et de mettre sous tension tout le matériel
    1. Branchez le concentrateur USB alimenté sur le Raspberry Pi
    2. Branchez chacun des disques durs externes dans le concentrateur USB alimenté
    3. Branchez un câble réseau
      1. câble HDMI, clavier et souris si vous n’allez pas SSH vers le Pi
    4. Branchez l’alimentation sur le concentrateur USB et Pi, et allumez le tout!
  • Avec tout sous tension, il est temps de commencer à configurer votre pi. Nous ferons tout cela via la ligne de commande, alors soit SSH sur votre Raspberry Pi, soit ouvrez un LXTerminal si vous avez démarré sur le bureau sur Rasbian.
  • Avant de pouvoir monter et utiliser nos disques durs externes, nous devons ajouter la prise en charge de nos disques durs au format NTFS, pour ce faire, exécutez cette commande:

    sudo apt-get install ntfs-3g

  • Maintenant, nous devons vérifier si nous pouvons voir les partitions non montées de nos disques durs externes, nous le faisons en exécutant la commande suivante:

    sudo fdisk -l

    Si tout fonctionne, vous devriez voir quelque chose dans ce sens (à la recherche du numéro 1,2,3,4 étiqueté dans l’image.)

    blank

    Numéro 1 – nous montre le premier disque dur externe
    Numéro 2 – nous montre la première partition sur le premier disque dur
    Numéro 3 – nous montre le deuxième disque dur
    Numéro 4 – nous montre la première partition sur le deuxième disque dur

    Si vous avez créé plusieurs partitions sur l’un des disques durs, vous devriez voir des lignes supplémentaires sur la section 2 et / ou 4

    Prenez note du chemin «périphérique» pour chaque partition, donc dans cet exemple, nous devons nous rappeler:

    / dev / sda1
    / dev / sdb1

  • Avant de pouvoir monter les partitions, nous devons créer un répertoire pour chaque disque dur sur lequel les monter, nous allons créer deux répertoires, un appelé «principal», un appelé «sauvegarde», vous pouvez les nommer comme bon vous semble.

    sudo mkdir / media / main
    sudo mkdir / media / backup

  • Maintenant que nous avons créé nos répertoires, nous pouvons monter chacune des partitions du disque dur dans ces répertoires (si le chemin de votre «périphérique» est différent, n’oubliez pas de le changer dans la commande, reportez-vous à vos notes à l’étape 4):

    sudo mount -t auto / dev / sda1 / media / main
    sudo mount -t auto / dev / sdb1 / media / backup

    Maintenant, nous avons nos disques durs montés!

  • Il est maintenant temps d’installer Samba (c’est ce que nous allons utiliser pour partager les disques durs sur le réseau) pour ce faire, exécutez la commande:

    sudo apt-get install samba samba-common-bin

  • Maintenant que Samba est installé, nous devons modifier le fichier de configuration. Avant de faire cela, nous en ferons une sauvegarde, juste au cas où nous aurions besoin de revenir à un état de fonctionnement.

    sudo cp /etc/samba/smb.conf /etc/samba/smb.conf.bak

  • Le fichier de configuration étant sauvegardé, nous pouvons maintenant le modifier

    sudo nano /etc/samba/smb.conf

  • La première chose à vérifier est le groupe de travail. Le groupe de travail par défaut est défini sur “WORKGROUP”, ce qui fonctionnera si vous n’avez pas modifié votre groupe de travail Windows. Si vous l’avez changé, mettez-le simplement à jour ici

    blank

  • Nous devons maintenant activer l’authentification des utilisateurs pour nos partages samba, sinon, toute personne ayant accès au réseau pourra voir les partages. Décommentez simplement (supprimez le #) de la ligne qui lit “# security = user”

    blank

  • Maintenant, nous devons ajouter notre partition «principale» en tant que partage. Pour ce faire, nous devons ajouter un tout nouveau bloc de code. Faites donc défiler tout en bas du fichier de configuration et ajoutez ce qui suit (si vous avez nommé votre répertoire différent de «principal» à l’étape 5, vous devrez mettre à jour la ligne «path =»):

    [Main]
    comment = dossier principal
    chemin = / média / principal /
    utilisateurs valides = @users
    groupe de force = utilisateurs
    créer un masque = 0660
    masque de répertoire = 0771
    lecture seule = non

    Voici une ventilation de chaque ligne du bloc de code ci-dessus:

    [Main] – Tout ce qui se trouve entre crochets, dans ce cas «Principal», est le nom du partage affiché sur le réseau.
    comment – Ceci est juste une description du partage
    path – Il s’agit du répertoire utilisé pour ce partage
    utilisateurs valides – Ceci spécifie quels utilisateurs peuvent accéder au partage, dans notre cas, nous avons spécifié un groupe (en utilisant le symbole @ suivi du nom du groupe)
    forcer le groupe – Cela garantira que tous les fichiers ajoutés via le partage samba auront le groupe spécifié
    créer un masque – Cela définit l’autorisation de tous les fichiers ajoutés au partage samba
    masque de répertoire – Cela définit l’autorisation de tous les dossiers ajoutés au partage samba
    lecture seule – Cela garantit que les fichiers sont accessibles en écriture

  • Une fois la configuration de samba effectuée, nous devons redémarrer le serveur samba pour que ces nouveaux paramètres prennent effet.

    redémarrage sudo /etc/init.d/samba

  • Il est temps de créer un utilisateur qui aura accès à ce partage. Les commandes suivantes créeront un utilisateur et l’ajouteront au groupe «utilisateurs» (comme spécifié dans notre configuration samba) sur votre pi et vous permettront de définir un mot de passe. Nous allons créer un utilisateur appelé «sauvegarde» et lui donner un mot de passe. Il vous sera demandé de saisir le mot de passe deux fois.

    sudo useradd backup -m -G utilisateurs
    sauvegarde sudo passwd

  • Maintenant, nous devons ajouter l’utilisateur “backup” en tant qu’utilisateur Samba, faites-le avec la commande suivante:

    sudo smbpasswd -a sauvegarde

    Vous devriez maintenant avoir un partage Samba fonctionnel. Pour tester ce saut sur un ordinateur Windows et parcourir le réseau, vous devriez voir un serveur appelé «RASPBERRYPI» Si vous double-cliquez sur le serveur, vous devriez alors voir un dossier appelé «Main» (comme spécifié à l’étape 12, entre crochets) [Main])

    blank
    blank

    Si vous double-cliquez sur le dossier «Principal», vous devriez être invité à entrer un nom d’utilisateur et un mot de passe. Entrez simplement le nom d’utilisateur «sauvegarde» et le mot de passe que vous avez utilisé à l’étape 14.

    Viloa! Vous avez réussi à accéder au partage samba. Vous devriez pouvoir ajouter / supprimer des fichiers.

  • Maintenant, si notre Pi devait redémarrer, nous perdrions le partage samba parce que les disques durs externes ne seront pas remontés. Pour résoudre ce problème, nous devons dire à notre Pi de monter les disques durs externes au démarrage. Pour ce faire, modifiez le fichier suivant:

    sudo nano / etc / fstab

    Et ajoutez les lignes suivantes (notez que le / media / sont les mêmes pour chaque support comme indiqué précédemment à l’étape 6):

    / dev / sda1 / media / noatime auto principal 0 0
    / dev / sda2 / media / backup auto noatime 0 0

  • Maintenant, si notre Pi redémarre, les disques durs externes seront automatiquement montés et notre partage Samba continuera à fonctionner!

  • Il est maintenant temps de configurer une redondance. Nous allons utiliser rsync pour sauvegarder tous nos fichiers sur notre disque dur «principal» sur notre disque dur «de sauvegarde». Nous devons d’abord installer le package rsync:

    sudo apt-get install rsync

  • Avec rsync installé, nous allons configurer une tâche cron pour effectuer automatiquement la sauvegarde pour nous. Commencez par entrer la commande suivante pour ouvrir la table de planification cron:

    crontab –e

  • Ensuite, tout en bas du document, ajoutez la ligne suivante:

    0 5 * * * rsync -av –delete / media / main / media / backup

    Cela exécutera la sauvegarde tous les jours à 5 heures du matin et supprimera tout ce qui se trouve sur le lecteur de sauvegarde qui ne se trouve plus sur le lecteur principal.

  • C’est ça! Vous disposez désormais d’une configuration PiNAS qui mettra vos fichiers en miroir sur un lecteur de sauvegarde.

  • Articles similaires

    Bouton retour en haut de la page
    Fermer