Test de TEMPerHUM de PCsensor Partie 3 – Linux (Journalisation du matériel)

Test du «TEMPerHUM» de PCsensor

Phase 3: Test du «TEMPerHUM» de PCsensor dans un environnement Linux

Comme nous en avons discuté dans les phases 1 et 2, il était possible d’utiliser TEMPerHUM sur un ordinateur basé sur Microsoft Windows sans aucun logiciel, heureusement pour la capacité du matériel à envoyer des données surveillées vers un fichier vide qui avait été précédemment ouvert au premier plan du système d’exploitation Windows. Pour activer la surveillance de la température et de l’humidité, il suffisait d’appuyer sur le bouton «TXT» du capteur.

Pour vérifier comment les choses fonctionneraient dans un environnement Linux, nous avons démarré notre ordinateur (à double démarrage) dans Linux Debian 7.11 («Wheezy») et expérimenté divers programmes bureautiques.

1. gedit v. 3.4.2 (gedit est un petit éditeur de texte léger pour GNOME Desktop sous Linux)

blank

Comme vu ci-dessus, appuyer sur le bouton «TXT» invoque le «message d’accueil de l’appareil» sous la forme «www.pcsensor.com, tapez: hs10, caps lock …» puis démarre le flux de données surveillé. Le problème est que le fichier doit être ouvert en permanence et toujours être au premier plan. (Si un utilisateur passe à une autre fenêtre qui était auparavant en arrière-plan, y compris une fenêtre ouverte par un autre logiciel, le flux de données surveillé va à cette autre fenêtre – mais uniquement si cette autre fenêtre est applicable pour l’insertion de données, comme une autre un éditeur de texte, un processeur de texte ou un tableur. Sinon, s’il n’est pas applicable, le flux de données entrant produit une instabilité du système d’exploitation, ce qui signifie que chaque paix de données entrantes active une activité aléatoire, comme l’ouverture de certains programmes indésirables ou la commutation d’une fenêtre à l’autre – sans aucune intervention de l’utilisateur, ni même essayer de redémarrer / arrêter l’ordinateur.)

Cependant, si l’éditeur de texte, le processeur de texte ou le tableur est uniquement utilisé sur une machine, il peut y avoir une possibilité de remplir le flux de données entrant dans un fichier précédemment ouvert et déjà utilisé / enregistré (c’est-à-dire un fichier qui avait un nom de fichier), afin d’utiliser ce nom de fichier et ce chemin comme source prédéfinie pour un logiciel de radio amateur qui utiliserait ces données pour un traitement ultérieur. Le problème avec cette approche possible est que l’appareil interrompt périodiquement le flux de données surveillé en envoyant son «message d’accueil d’appareil» sous la forme «www.pcsensor.com, tapez: hs10, verrouillage des majuscules …», puis reprend à nouveau le flux de données . Ce comportement est illustré dans l’image suivante. Si un utilisateur a besoin d’un traitement supplémentaire des données, une sorte de «filtre» logiciel serait nécessaire pour «garder un œil aveugle» chaque fois qu’un «message d’accueil d’appareil» apparaît à l’écran.

blank

2. LibreOffice Writer 3.5.4.2 ID de build: 350m1 (Build: 2)

blank

Pour des raisons inconnues, ce processeur de texte n’a parfois pas correctement formaté le flux de données entrant. En plus de cela, le comportement de l’appareil d’insérer périodiquement le “ message d’accueil de l’appareil ” a produit un effet tel que celui montré dans l’image suivante:

blank

3. LibreOffice Calc 3.5.4.2 ID de build: 350m1 (Build: 2)

blank

Le logiciel de calcul Calc de LibreOffice a donné les meilleurs résultats en termes de présentation du flux de données entrant. En fait, il a fourni la date et l’heure du système dans les deux premières colonnes, suivies des données surveillées dans les trois colonnes suivantes. Cependant, le “ message d’accueil ” périodiquement inséré a confirmé nos spéculations selon lesquelles c’était une caractéristique de la conception interne de l’appareil, ajoutée intentionnellement par l’usine. (Bien que quelqu’un puisse trouver cette fonctionnalité aussi utile car elle «rappelle» périodiquement à l’utilisateur qu’appuyer sur «Caps Lock» et «Num Lock» peut désactiver et réactiver la lecture du flux de données, nos tests ont montré que ces deux actions ne fonctionnaient pas du tout dans notre environnement Linux.

4. Kate v. 3.8.4 (un éditeur de texte avancé pour le bureau KDE)

blank

Ici, nous avions à nouveau une présentation en 3 colonnes des données entrantes (température, humidité et intervalle de lecture des données), de la même manière que dans gedit. Un léger déformatage entre les positions des en-têtes des colonnes (c,% rh, intervalle) et le contenu des données était visible ici, comme c’était le cas dans LibreOffice Writer. Un «message d’accueil» inséré périodiquement a confirmé une fois de plus que c’était une caractéristique de la conception interne de l’appareil. On ne sait toujours pas pourquoi les producteurs voulaient qu’il apparaisse toutes les demi-minutes environ? Si l’idée était de faire une publicité pour l’entreprise, sous la forme de son URL, nous considérons cela comme une décision peu intelligente. Cependant, si la société Pcsensor décide de développer un «filtre» pour cela à l’avenir, nous apprécierions cela comme une mise à niveau. En face, il restera comme le détail gênant, voir l’image suivante …

blank

Encore une fois, un utilisateur doit garder à l’esprit que le capteur de température et d’humidité TEMPerHUM de PCsensor ne s’installe pas comme un véritable périphérique USB matériel (mais comme nous l’avons vu sous Windows, plutôt comme un périphérique HID – Human Interface Device – et en tant que tel appartient probablement vers le même groupe de périphériques d’entrée utilisateur tels que les claviers et les souris.) En conséquence, il semble que ces périphériques interagissent d’une manière ou d’une autre de manière incorrecte. Cela signifie que tant que l’utilisateur conserve le fichier ouvert au premier plan et ne fait rien avec son clavier et sa souris pendant que les capteurs transfèrent les données surveillées à l’écran – tout semble bien. Cependant, si l’utilisateur exécute une activité – en particulier avec la souris, disons pour ouvrir un autre programme ou quelque chose comme ça, qui à son tour envoie la fenêtre précédemment ouverte à l’arrière-plan, le transfert et l’apparence des données vont mal, ce qui signifie que le les nouvelles données ne seront pas envoyées à la fin du fichier (comme il se doit) mais seront plutôt «insérées» quelque part au milieu de l’écran (ou simplement au hasard n’importe où sur l’écran).

Dans notre environnement Linux, à l’instar de Windows, l’ordinateur peut également devenir incontrôlable, ce qui signifie que les actions du système d’exploitation et les activités logicielles indésirables peuvent démarrer de manière aléatoire et sans aucune intervention de l’utilisateur. Cela dit, il y a une forte probabilité que l’utilisateur ne puisse pas revenir à la fenêtre de données ouverte. Parfois, la seule solution consiste à retirer physiquement le capteur de l’ordinateur.

Les tests ci-dessus ont été effectués dans Linux GUI (interface utilisateur graphique). Pour ceux qui préfèrent Linux CLI (interface de ligne de commande), il serait nécessaire de créer vous-même un logiciel approprié pour Linux car la société Pcsensor n’a manifestement pas voulu (ou prévu) de distribuer un équivalent Linux pour le logiciel TEMPerHUM. En recherchant sur le Web, nous avons réussi à trouver des suggestions sur la façon (meilleure) d’utiliser le capteur de température et d’humidité TEMPerHUM sous Linux. Ces solutions étaient basées sur des packages de code source fournis par des programmeurs individuels, et il est prévu que les utilisateurs finaux produisent les programmes exécutables sur leurs propres machines. Plus d’informations sur cette prochaine fois.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer